pica4

  cciq logo4
17 Oct, 2017
Text Size

Présentation vidéo - ParcsIndustriels.CA

Dernières nouvelles...


 

La 11e Classique de golf inter-parcs industriels

3 juin 2015Club de golf Royal Charbourg


 

Le premier Rendez-vous inter-parcs industriels connaît un succès éclatant chez Arrimage Québec (QSL)

(YG) Le premier Rendez-vous inter-parcs industriels Arrimage Québec (QSL)  au Port  de Québec – Anse-au-Foulon aura connu un succès éclatant avec la participation de plus de 250 personnes. Les participants ont vraiment apprécié ce premier volet de la saison des Rendez-vous inter-parcs industriels concoctés par Parcs industriels.ca

 

 

 

 

 

 

 

Arrimage Québec (QSL) est non seulement la compagnie mère de tout le groupe corporatif mais elle exploite aussi deux terminaux au Port de Québec. Il s’agit d’une entreprise de classe mondiale. « L’entreprise compte 12 filiales et 29 terminaux », précise M. Gaston Déry, vice-président, Développement durable.

Au cours des dernières années, l’industrie de l’arrimage a connu une montée fulgurante et l’opération de débardage ne repose plus uniquement sur la force physique des travailleurs. Chez Arrimage Québec, ils s’adaptent rapidement et efficacement à tout genre de cargaison grâce à leur personnel très qualifié et à leurs équipements perfectionnés.

Leur engagement consiste à bien cerner les besoins de leurs clients et à leur proposer des solutions précises répondant à leurs exigences en matière de préparation, de manutention, de transbordement et d’entreposage de leurs marchandises. Ils offrent un service intégré, avec la prise en charge de leurs cargaisons, de la réception, en passant par l’entreposage, jusqu’à l’expédition à destination finale.

Annuellement, plus de onze millions de tonnes de marchandises générales et de vracs solides sont manutentionnées à travers leur réseau d’installations portuaires stratégiquement situées le long de la Voie maritime du Saint-Laurent jusqu’aux Grands Lacs, plus précisément au Nouveau-Brunswick, au Québec, en Ontario ainsi qu’à Chicago, aux États-Unis.

Ils accueillent chaque année, dans ce réseau très polyvalent, plus de 1 200 navires en provenance ou en direction de tous les coins du monde. Plus de 1 300 employés, répartis entre le siège social et leurs terminaux portuaires, témoignent un sentiment d’appartenance à l’entreprise par leur dévouement et leur détermination au travail. Selon M. Déry, chaque bateau qui mouille dans le port de Québec représente 600 000 $ en retombées directes.

Plus de 250 personnes ont répondu à l’invitation de Parcsindustriels.ca et ont assisté au premier Rendez-vous inter-parcs industriels chez Arrimage Québec (QSL)  au Port  de Québec – Anse-au-Foulon. Les participants ont vraiment apprécié ce premier volet de la saison des Rendez-vous inter-parcs industriels.


 

Le tourisme d’affaires amène des retombées de 101 M$ à Québec : le Centre des Congrès de Québec présente un excellent bulletin

(YG) D’ici le 31 mars prochain, le Centre des congrès de Québec aura accueilli 156 événements, dont le nombre exceptionnel de 17 congrès internationaux. Les hôtels auront profité de 155 000 nuitées supplémentaires grâce aux activités du Centre. On estime à 101 M$ les retombées économiques générées par la présence des quelque 210 000 congressistes ayant séjourné à Québec. Le Centre prévoit accueillir 27 autres événements et congrès internationaux d’ici le 31 décembre 2016.

À la richesse créée par le Centre des congrès s’ajoutent les retombées des centaines de congrès et réunions d’affaires qui prennent place dans les différents établissements hôteliers de Québec en cours d’année. Après seulement un an d’actions concertées, les résultats des efforts de la force de vente unifiée Québec destination affaires se font déjà sentir dans la région de Québec. Selon un calcul basé sur un échantillon d’établissements hôteliers à bannières, la ville de Québec a connu en 2014 une croissance de 5,5 % du nombre de chambres vendues pour les congrès, une performance supérieure à celle de la province et autres grandes villes au Canada.

« Le tourisme d’affaires crée de la richesse. Les retombées économiques annoncées aujourd’hui en sont une preuve éloquente. Je me réjouis d’ailleurs de l’apport majeur du Centre des congrès de Québec, moteur économique et figure dominante du tourisme d’affaires à Québec. Je salue aussi le dynamisme de Québec destination affaires mise sur pied il y a un an pour développer le tourisme d’affaires à Québec. D’ici 2018, Québec destination affaires s’est fixé un objectif de croissance annuelle de 5 % par année du nombre de nuitées, ce qui est fort prometteur pour l’avenir du tourisme d’affaires à Québec », a souligné la ministre du Tourisme, Mme Dominique Vien. De plus, afin d’illustrer les retombées, Québec destination affaires et le Centre des congrès de Québec ont réalisé une vidéo mettant l’accent sur les gens qui font le tourisme d’affaires.

« De pareils résultats en tourisme d’affaires ne pouvaient être mieux illustrés qu’à travers le témoignage de ses artisans. Des emplois, une qualité de vie, des entreprises qui roulent, des dons alimentaires…, voilà l’impact réel du tourisme d’affaires dans la région de Québec», a souligné le président du comité stratégique de Québec destination affaires et président-directeur général du Centre des congrès de Québec, M. P.-Michel Bouchard, lors de la présentation de la vidéo.

Créée à l’automne 2013, Québec destination affaires est une force de vente en tourisme d’affaires résultant de l’unification des équipes de vente de l’Office du tourisme de Québec et du Centre des congrès de Québec. Chapeautée par un comité stratégique de décideurs présidé par le président-directeur général du Centre des congrès de Québec, M. P.-Michel Bouchard, Québec destination affaires conjugue ses efforts pour démarcher des congrès de toutes tailles pour la ville de Québec, peu importe l’établissement. L’objectif est d’augmenter la cohésion et l’efficacité des actions de vente et de promotion de Québec comme destination touristique d’affaires.

 

C’est en présence de la ministre du Tourisme, Mme Dominique Vien, du maire de la ville de Québec, M. Régis Labeaume, et des représentants du milieu socioéconomique et touristique,  notamment Me Luc Paradis, de la Corporation des parcs industriels de Québec, que le président-directeur général du Centre des congrès de Québec et président du comité stratégique de Québec destination affaires, M. P.-Michel Bouchard, a présenté les excellents résultats en tourisme d’affaires à Québec pour l’année 2014.


 

Lors d’un conseil d’administration du 11 décembre, Sam Hamad partage la vision et les objectifs de son gouvernement avec les gouverneurs de la CPIQ

(YG) Les gouverneurs de la Corporation des parcs industriels de Québec (CPIQ) accueillaient récemment le ministre du Travail et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Sam Hamad, au siège social d’Entreprises-Desjardins-Québec-Portneuf. Il s’agissait d’une deuxième rencontre entre le ministre et les gouverneurs. L’autre s’étant effectuée le 8 mai 2012. Et le moins qu’on puisse dire c’est que le courant passe bien entre le ministre et les présidents et hauts dirigeants des parcs industriels.

M. Hamad a, dans un premier temps, félicité la Corporation pour son travail effectué jusqu’à maintenant, notamment dans le dossier de la taxation municipale.  Il a aussi mentionné que l’idée de regrouper les entreprises des parcs industriels avait été excellente puisque ça donnait une voix concertée à ces dirigeants, qui ne se contentaient plus de critiquer, mais de participer aux décisions.

Le ministre Hamad a également fait part des orientations de son gouvernement, soulignant l’importance de trois chiffres 20, 23 et 26. Le 20 %, représente la création de la richesse par le Québec au sein du Canada,  le 23 %, est le pourcentage de la population du Québec au sein de celle du Canada et le 26 %, c’est le niveau des dépenses du Québec au sein du Canada.  Devant ces chiffres peu concluants, le ministre déclare que la province n’est pas près du mur, mais dans le mur. « Nous payons plus pour le service de la dette qu’au niveau de l’éducation primaire et secondaire réunies », explique le ministre.

M. Hamad a également déclaré qu’un des défis du gouvernement Couillard était de couper les dépenses et de développer l’économie.  « Nous devons avoir des finances publiques équilibrées et développer l’économie avec rigueur.  »

Concernant les entreprises manufacturières, celles qui selon le ministre créent le plus d’emplois au Québec, le gouvernement a ramené leur taux de taxation au niveau de celui des entreprises de l’Ontario, tout en abaissant le coût de la taxe santé pour les PME.

Du côté de la formation, le ministre a déclaré que le gouvernement travaille un changement de cible. Elle sera éventuellement alignée en fonction des besoins des marchés. « Nous voulons implanter le modèle allemand avec de la formation au sein des entreprises. »

M. Hamad demeure très optimiste pour la région de Québec, surtout en prenant connaissance des prévisions de Desjardins pour l’année 2015. « Les économistes de Desjardins prévoient des investissements de six milliards de dollars dans la région de Québec et de Chaudière-Appalaches, avec un taux de chômage à 5,2 % et un taux de croissance de 3,6 % », termine M. Hamad, tout en soulignant, que ces prévisions ne tiennent pas compte de la relance du Plan Nord effectuée par son gouvernement, des investissements de plusieurs milliards de dollars de prévus.

Les gouverneurs de la Corporation des parcs industriels de Québec (CPIQ) en compagnie du ministre du Travail et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, M. Sam Hamad.